Jean ROBIN

Date de Création
22/07/2007

         

Date de Maj:
20/11/2017

 

Dossier Roger et Marie MINIER

Fait partie de nos cousinages et c'est à ce titre qu'il figure dans ce dossier spécial, voir le dossier de cousinages 

"Extrait de Wikipédia"

Roger Nimier, né le 31 octobre 1925 à Paris et mort le 28 septembre 1962 à La Celle-Saint-Cloud, est un écrivain français. Romancier, journaliste et scénariste, il est considéré comme le chef de file du mouvement littéraire dit des « Hussards ».

Fils de l'ingénieur Paul Nimier-qui meurt en 1939, alors que son fils n'a que quatorze ans-et de Christiane Roussel, il naît le 31 octobre 1925, quatre ans après sa sœur Marie-Rose. La famille habite sur le boulevard Pereire, dans le XVIIe arrondissement de Paris.

De 1933 à 1942, il fréquente le Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine. Il est brillant élève ; Michel Tournier, son condisciple en classe de philosophie, juge sa précocité « un peu monstrueuse » et son intelligence et sa mémoire « hors du commun ». En 1942, il obtient un premier accessit au concours général de philosophie.

Après son baccalauréat, il commence des études à la Sorbonne à la rentrée 1942, tout en étant employé par la maison de philatélie Miro, di s'engage volontairement pour la durée de la guerre le 3 mars 1945 au 2e régiment de hussards, à Tarbes ; il est démobilisé le 20 août 1945.

Il écrit dans un style évoquant Giraudoux et Cocteau un premier roman, très autobiographique, L'Étrangère, qui sera publié à titre posthume. Il est publié pour la première fois à vingt-trois ans, avec Les Épées (1948), un roman plein d'insolence, mêlant la tendresse à la provocation politique dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale.

Deux années plus tard, il fait paraître son roman le plus célèbre, Le Hussard bleu, qui renouvelle la veine des Épées et réemploie le personnage de François Sanders, puis Perfide et Le Grand d'Espagne, un essai historico-politique au ton pamphlétaire qu'il conçoit comme un hommage à Georges Bernanos.

Il publie encore Les Enfants tristes (1951), puis Histoire d'un amour (1953). Suivant le conseil de Jacques Chardonne, qui juge sa production trop rapide (cinq livres en cinq ans), il décide alors de ne pas publier un roman pendant dix ans. Entre-temps, Bernard Frank a fait de lui le chef de file des Hussards en décembre 1952, dans un article célèbre paru dans Les Temps modernes, le nom de « Hussards » faisant référence au Hussard bleu.

La période d'abstinence romanesque n'est pas pour autant une période de silence. Nimier se consacre à la critique, notamment dans la revue Opéra qu'il dirige, à la politique à travers des chroniques parues dans l'hebdomadaire royaliste La Nation française, à l'édition auprès de Gaston Gallimard, et au cinéma, notamment aux côtés de Louis Malle, avec qui il écrit le scénario d'Ascenseur pour l'échafaud.

Sur le chapitre politique, il cultive volontiers un certain anticonformisme de droite : Charles Maurras et l'Action française ont exercé sur lui une influence qu'il reconnaît. Il signe en 1960 le « Manifeste des intellectuels français » qui répond au Manifeste des 121 et soutient l'action de la France en Algérie.

Son ami Louis Malle vient tout juste de le solliciter pour l'adaptation au cinéma du Feu follet de Drieu La Rochelle lorsqu'il meurt, le 28 septembre 1962, dans un accident de voiture au volant de son Aston Martin DB4 sur l'autoroute de l'Ouest, sur le pont de la Celle-Saint-Cloud, en compagnie de l'écrivain Sunsiaré de Larcône. Il allait avoir trente-sept ans. Amateur de voiture (il avait déjà une Jaguar et une Delahaye), il en parlait souvent et écrivait à leur propos. Il avait même fait la description d'un accident de voiture dans l'un de ses livres.

Son dernier roman, D'Artagnan amoureux, est publié quelques mois après. Ce roman posthume, qui imagine le désarroi amoureux du héros de Dumas, annonçait peut-être une nouvelle phase dans l'œuvre de Nimier.

Sa fille Marie (née en 1957), elle aussi écrivain, évoque sa relation avec son père dans son livre La Reine du silence (prix Médicis 2004).

Aujourd'hui, un prix littéraire porte son nom.

 

Marie MINIER     

(Extrait de Wikipedia)

Deuxième enfant de Nadine et Roger Nimier, Marie Nimier se tourne très jeune vers la scène et vers la musique : elle crée avec Antoine Denize le groupe Les Inconsolables pour lequel elle écrit et chante des chansons. Ils créent ensemble La Fête des mers, spectacle pour chœur et accordéons ainsi que 24 heures de la vie d'une gare. Elle participe également aux créations, par ordre chronologique, du Palais des Merveilles (dans le rôle de l'Ange), des Morosophes, chante dans From Harlem to Broadway au théâtre du Ranelagh avant de partir jouer aux États-Unis avec Pandemonium and the Dragonfly. À partir de 1985, elle embrasse une carrière d'écrivain rapidement couronnée par l'Académie française et la Société des gens de lettres. Elle écrit également pour la jeunesse, et pour le théâtre. Marie Nimier est aussi l'auteur de plusieurs textes radiophoniques, notamment pour France Culture. Elle obtient le prix Médicis en 2004 pour La Reine du silence.

Depuis quelques années, elle écrit également pour le théâtre :

  • La Confusion – montée dans une version radiophonique pour France Culture par Christine Bernard-Sugy avec Agnès Sourdillon et Éric Caravaca. Mis en scène par Karelle Prugnaud au Théâtre du Rond-Point, avec Hélène Patarot et Xavier Berlioz.
  • À quoi tu penses ? présenté à Chaillot en février 2007, chorégraphie Dominique Boivin (texte publié dans la collection Folio sous le titre Vous dansez ?)
  • Peine, Pénis, Penne mis en scène par Virginie Deville dans le cadre de son projet Corpus Eroticus (création à La Ferme du Buisson en février 2007) présenté à la Maison des Métallos en mai 2008
  • Adoptez un écrivain (texte pour 4 comédiens de plus de 60 ans, en attente d'adoption...)
  • Un enfant disparaît, pièce pour la jeunesse mise en scène par Catherine Le Moullec, théâtre Pom' (création à Nantes, oct-nov 2007)
  • Les Siamoises pièce courte commandée par la Comédie française et publié aux éditions théâtrales in "Les monstres".
  • "Pour en finir avec Blanche Neige" (en trois partie, La petite annonce, Princess Parking, Tout doit disparaître).

Depuis 2002, Marie Nimier est parolière pour de nombreux artistes francophones. Elle écrit en collaboration avec d'autres écrivains comme Jean Rouaud ou Thierry Illouz. En quelques années, elle est devenue l'écrivain français chantée par le plus grand palmarès d'interprètes différents. En 2007, elle reçoit un disque de Platine pour sa participation au sein de l'album Jambalaya d'Eddy Mitchell, dont elle a signé, avec Thierry Illouz, les paroles du single Paloma dort.

En octobre 2008, elle se voit décerner le Prix Georges-Brassens pour son roman Les Inséparables paru chez Gallimard.